The Game Steward – le site de la 2ème chance

TGS

Avec l’avènement et la montée en puissance du financement participatif, des plateformes telles que Kickstarter et Ulule (pour ne citer que ces dernières) sont devenues de véritables viviers de projets foisonnant semaines après semaines, permettant à tout un chacun de participer à l’avènement d’une oeuvre ludique, même si géographiquement éloignée de l’Hypocentre créatif.

crowfunding_moneyCette multiplication de projets offre évidemment la possibilité à tout un chacun de choisir sa bataille mais déclenche également bien malgré elle son lot de frustration. Il est évidemment inconcevable – à moins d’avoir gagné au loto, d’avoir une fortune familiale ou d’en faire son métier, de contribuer à la totalité des projets ludique qui nous interpelle. Selon une statistique datant de fin 2016, une contribution moyenne pour un jeu de société sur Kickstarter tourne autour de 70€ – soit environ 82 francs made in Helvetia; mais dans un soucis de simplification, optons pour le chiffre rond de 80 francs. Avec seulement une contribution par mois, on approcherait déjà une moyenne de 1000 francs (~840€) par année. J’entends déjà les contestataires brailler du fond de la salle me rétorquant qu’on ne contribue pas à un jeu tous les mois! Ce à quoi je répondrais qu’il est fondamentalement possible que les aficionados de ce « business model » ne contribue pas chaque mois, mais je soulignerai également que la valeur moyenne d’une contribution me semble pour le coup quelque peu éloignée de la réalité. J’en veux pour preuve les statistiques élaborées dans le cadre de l’article du TOP-10 des campagnes KS qui ont fait sauter mémé au plafond que je vous encourage à lire. Quoiqu’il en soit, par expérience personnelle, il y a presque toujours quelque chose qui interpelle notre intérêt chaque foutu mois de l’année…

Crowfunding

Partons du principe hypothétique que votre budget ludique est de 150 francs par mois. Votre contribution mensuel sur Kickstarter pour le tout nouvel opus de Donmouaduflouz Games vient de ramener ce montant à 70 francs. A cela vient s’ajouter un petit quelque chose que vous attendiez de pied ferme en boutique. Il vous reste désormais un peu moins de 30 francs: trop peu pour contribuer sur l’énorme et excellentissime jeu (en apparence) de Faipétélebé Games.

C’est à ce moment là qu’interviendra un outil particulièrement démoniaque: la carte de crédit (bien que la notion de « crédit » s’avérera souvent très vague chez certaines personnes), l’acquisition d’une telle carte étant devenue aujourd’hui particulièrement aisée, banalisée voire même presque parfois obligatoire, ne serait-ce que dans le cadre de la location de véhicule par exemple. Mais bon, nous nous égarons du sujet…

lanister

Du coup, que faire concrètement lorsque plusieurs projet nous intéresse mais que notre intérêt ludique est bridée par ces notions purement financière (ou comment choisir son bonbon lorsque l’on se trouve devant l’étalage)?

Il y a ceux qui choisissent simplement leur bataille en dépit des autres. C’est probablement la méthode la plus saine. J’aimerai tant pouvoir faire pleinement partie de ce club…

Mais il y a surtout ceux qui (comme moi) choisissent certes leur bataille mais qui recherche ensuite à acquérir un exemplaire de l’autre jeu via d’autres canaux. Ce qui n’est pas foncièrement une mauvaise idée, me direz-vous, si ce n’est qu’un tel choix ne fera que déplacer la question de la problématique financière dans le temps.

De quels canaux est-il alors question ?

  • Un forum TricTrac permet par exemple de trouver son bonheur parmi ceux, qui une fois le jeu reçu, ont soit changés d’avis (au profit du fantastique nouveau jeu de Parissilesgaltouz Games), soit ne sont simplement pas convaincu par le produit final…
  • Okkazeo, le site du jeu de société d’occasion est une mine relativement bien fournie en terme de projets kickstarter proposés à la vente. D’ailleurs, d’une manière assez amusante, il est possible de définir quand un jeu à été livré puisque le nombre d’annonce pour leur mise en vente grimpe exponentiellement à ce moment là. Notez qu’en terme de prix, on navigue entre le correct et le géospatiale … 
  • Les sites d’enchères tel qu’ebay sont aussi des sources intéressantes quand il s’agit de trouver son bonheur. Mais là aussi, question prix, on en voit de toutes les couleurs…

Et puis, il y a The Game Steward… 

Kezako Game Stewa-machin ?

Game Steward (traduisez « L’intendant du jeu » en francofranchouille) est LE site de la seconde chance si vous êtes amateur de financement participatif et que vous êtes à la recherche du jeu qui vous est passé devant le nez, quelle qu’en soit la raison.

The Game Steward est le bébé de Michael Piacsek et de son pote Dan, ludiste patenté depuis 1986, année de leur première rencontre dans une boutique de jeu à Alexandria (Virginie – USA). Mike et Dan découvre Kickstarter en 2012; alors que ces derniers sont extatiques de pouvoir découvrir de nouveaux jeux par le biais du financement participatif, ils se rendent également compte qu’un véritable marché parallèle se déploie, pratiquant des prix plus que prohibitif. Cette observation est la pierre angulaire de leur réflexion: ces derniers  pensent en effet qu’il est certainement possible d’amener les jeux financés sur Kickstarter à être distribué en tant que tels à des prix parfaitement raisonnables permettant ainsi d’en faire profiter la communauté. C’est l’idée de départ qui donnera par la suite naissance à « The Game Steward ».

tgs_site

Le site propose plus de 300 références allant du simple jeu de cartes au jeu de figurine le plus massif possible: il y a de quoi faire! Mais le plus important réside peut-être dans le fait que ce qui est proposé ne sont pas des version de ces jeux spécifiquement dédiée à la vente en boutique mais les versions telles que proposées sur Kickstarter, incluant strech goals et tutti quanti! 

Alors certes, The Game Steward est localisé aux États-Désunis de Trump; ce qui pour nous autres, pauvres Européen n’est pas terrible; mais selon le Graal que vous recherchez, cela peut valoir la peine… Le site dispose pour cela d’un canal international; la livraison à l’international est donc possible et les prix peuvent aussi être affichés en monnaie locale.

Les frais de port varie bien évidemment selon le poids du jeu. Ainsi, un « A song of Ice and Fire » en version KS complet reviendra à l’envoi à 61€/CHF 72.- alors qu’un pack « 7th Continent Veteran+ » vous coûtera environ 45€/CHF 53.- auxquels il faudra bien évidemment ajouter le prix du jeu… 

Bref – l’exercice pour l’Europe ne sera pas forcément bon marché, mais comme « le coeur a ses raisons que la raison ignore« , vous pourriez trouver votre bonheur – sachant que ce dernier à simplement… un prix.

 

Ce contenu a été publié dans Boutique, Brèves, Financement Participatif, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.