Gameflow vous invite pour un Voyage en Terre Ocre!

Au cours du voyage de 30’000 jours (en moyenne) que représente notre passage sur cette planète, il y a des choses dont on se souviendra toute sa vie. Des moments-clés souvent associés à une émotion (forte), formant un album que nous gardons secrètement ancré quelque part dans nos têtes. Alors que nos souvenirs se diluent à la mesure ou s’égraine le sablier de nos existences, une forteresse quasi imprenable protège cet album des affres du temps.  

S’il y a bien un souvenir qui a marqué ma jeunesse, c’est celui de ma rencontre dans les années 80 avec les livres-jeu, plus connu sous le nom de « Livres dont vous êtes le héros » (LDVELH). Je ne savais d’ailleurs pas encore que ces livres seraient pour moi, qui plus est, une passerelle pour me lancer dans le jeu de rôle…

Si vous êtes récemment revenu d’un voyage spatial, il se pourrait que vous ne sachiez pas de quoi il s’agit. Les livres dont vous êtes le héros sont des romans interactifs dont le déroulement de l’histoire est directement dépendant des choix des lecteurs. On parle alors de « Littéraction », concaténation de « Littérature » et « action ».

Le genre naquit aux États-Unis dans les années 60-70 avant de se populariser outre-atlantique au début des années 80 avec notamment, la publication du Sorcier de la Montagne de Feu de Steve Jackson et Ian Livingstone. La dénomination de « Livre dont vous êtes le héros » est d’ailleurs le nom d’une collection de l’éditeur Folio Junior (aujourd’hui Gallimard Jeunesse), dont la marque est déposée. Mais la popularité de ces livres au cours du temps, amena les aficionados à user du terme à plus large spectre, simplement pour évoquer ce type d’ouvrage (indépendamment de la collection).

Les LDVELH étaient globalement épiques. Certes, comme n’importe quel jeu, la qualité était parfois inégale, mais cela n’avait alors que peu d’importance pour les joueurs/lecteurs que nous étions/sommes. Au fil du temps, les collections s’étoffèrent et des genres firent leurs apparitions pour satisfaire autant de monde que possible. Défis Fantastiques, Loup Solitaire, Sherlock Holmes, Mythologie grecs pour n’en évoquer qu’une poignée… Toute l’ingéniosité de ce concept consistait au fait que le lecteur-joueur n’avait alors besoin que d’un livre, un crayon, un dé, de l’imagination et un peu de temps pour vivre une aventure sans pareil.

Ces livres avaient aussi la réputation d’être relativement coriace. Le décès du héros pouvait survenir à n’importe quel moment à la suite d’une mauvaise décision. Il fallait alors recommencer depuis le début pour tenter une meilleure approche, ou simplement tricher en guignant si le choix effectué pouvait avoir des conséquences létales (ne mentez pas, nous l’avons tous fait !). Les livres nous menaient donc la vie dure, – et pas qu’aux plus jeunes d’entre nous…

Mais l’avènement et la popularité des jeux-vidéos dans les années 90, fini par avoir raison du phénomène ; les éditeurs abandonnèrent peu ou prou leurs collections. Après 15-20 millions d’exemplaires vendus (pour certaines gammes), le LDVELH sombra quelque peu dans l’oubli avant de resurgir inopinément tel un phœnix dans les années 2000, sans pour autant retrouver la sublime de ses grandes années…

Quelque part entre 2017 et 2018, Roméo Hennion de la jeune et dynamique maison d’édition Grenobloise Gameflow (à qui l’on doit notamment les jeux Chimere et Affinity), s’amuse à produire un prototype de livre (papier) interactif, fun et bigarré, dans l’idée d’en faire cadeau à sa petite nièce.

En partageant le résultat avec son comparse Clément Leclerc, le binôme se rend compte qu’il tient peut-être quelque chose de top-moumoute à exploiter dans son cadre professionnel. Le retour de Blackrock (qui distribue aussi les livres de Makaka Editions) est alors tout aussi positif, à l’instar des retours de leur entourage. Le concept de « Ma Première Aventure » est alors sur les rails donnant lieu au premier tome appelé « En quête du Dragon » (qui verra officiellement le jour le 26 octobre 2018).

L’équipe n’en a alors probablement pas encore conscience, mais elle tient dans ses mains ce qui deviendra très rapidement son navire amiral…

En ce 6 mars 2020, Gameflow publie le 4ème opus de sa collection appelé « Voyage en Terre Ocre« . Après avoir parcouru le monde pour trouver un dragon, parcouru les océans à la recherche des mystérieux trésors de l’Atlantide et embarqué dans un engin spatial pour retrouver un ami accidenté dans l’immensité de l’espace, vous voilà fin prêt pour résoudre un nouveau mystère!

« Voyage en Terre Ocre » se déroule dans un univers inspiré de l’Afrique, où les aventuriers vont être amenés à tenter de comprendre les causes d’une grande sécheresse qui s’est subitement abattue dans la vallée et autour de l’Arbre-ville, et peut-être (qui sait), réussir à résoudre le problème…

 

Comme au cours des opus précédents, les joueurs/lecteurs vont avoir l’occasion de choisir parmi 3 nouveaux personnages pour mener l’enquête. C’est d’une fratrie dont il sera question cette fois-ci, composée de l’aînée Maïlune, la chasseuse courageuse, sa petite-soeur Issa, la bergère bavarde ou le petit dernier de la bande, Sumai, le petit ceuilleur. Comme d’habitude, chaque personnage dispose d’un spectre d’avantages et de défauts qui lui sont propres.

Après les 3 premiers tomes signé Roméo Hennion, « Voyage en Terre Ocre » est une composition signée Mathilde Malburet (qui avait d’ailleurs déjà collaborée avec l’équipe sur les précédents tomes). Le récit est toujours aussi bien écrit et l’histoire toujours aussi prenante ; la mécanique désormais bien huilée fonctionne à merveille et vend du rêve, tout simplement… Mais pas question de vous spoiler l’histoire ! Vous devrez la découvrir par vous-même.

Côté illustration, l’équipe a cette fois-ci fait appel à Thibaut Kraeber, un jeune illustrateur talentueux possédant une véritable « patte » et qui propose ici une composition aussi inspirée qu’inspirante autour de l’usage des couleurs chaudes. Les moindres petits détails sont soignés pour composer cette harmonie avec, qui plus est, un petit clin d’oeil (volontaire ou involontaire) au Roi Lion (ci-dessus) qui donnerait presque envie de fredonner « Hakuna Matata »… 


Ma Première Aventure est une gamme de livre d’aventure simplement géniale qui me pousserait presque à en venir à regretter de n’avoir pu en bénéficier quand mes deux armes de destruction nerveusement massives (traduisez « enfants ») avaient encore l’âge pour en profiter (c’est que ça grandit vites ces petites bêtes…).

Ce 4ème tome, qui est disponible « officiellement » depuis le 6 mars 2020, est une réussite et il n’y a aucun doute pour moi qu’il trouvera son public au même titre que les précédents. Présenté en avant-première au Festival International des Jeux de Cannes en février dernier, « Voyage en Terre Ocre » aura encore une fois réussi à prouver le succès indéniable de la gamme : la presque totalité des livres s’étant trouvé en rupture avant même le dernier jour…

Au-delà de l’idée même de partage, qui semble éminemment évident, c’est le concept aussi intelligent que simple (finalement) qui n’a de cesse de me laisser pantois. La série de livre de Gameflow condense globalement tout ce qui avait fait le succès des LDVELH en le rendant cependant accessible et hautement attractif pour une tranche de la population qui avait été passablement ignorée jusqu’ici : les plus jeunes aventuriers (et leurs parents). 

Et que dire de l’aspect éducatif ? Dans une ère ou les écrans sont devenus littéralement omniprésents, une ère où il n’a probablement jamais été plus difficile d’intéresser les enfants à pratiquer la lecture, la série Ma Première Aventure fait littéralement office de pont pédagogique. De surcroît, une activité intelligente et créative qui puissent être appréciée par un enfant « tout seul » résonnera forcément comme un atout (et un luxe) dans l’esprit des parents… 

Finalement, pour la sympathique équipe de Gameflow, le plus gratifiant et excitant dans cette histoire réside très probablement dans les retours hyper-positifs des spécialistes : à savoir, les enfants eux-mêmes. Chaque nouveau tome étant attendu comme le messie (ludique) et très honnêtement, le grand enfant de 43 ans que je suis ne peut que les comprendre… 

Ma Première Aventure en picto…

Ce contenu a été publié dans Critique de jeu, Snapshot, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.